poêle à bois
Posted in

Technique de l’allumage inversé : pourquoi vous devez l’adopter pour votre poêle 

technique de l'allumage inversé
Posted in

Cet hiver, vous le passerez au coin du feu ! Vous avez investi dans un poêle à bois et commencez tout doucement à découvrir les bonnes pratiques. Choix du bois, entretien de l’appareil, allumage du feu… Pour profiter des avantages que le chauffage au bois a à vous offrir, mieux vaut avoir les bons gestes. C’est pourquoi aujourd’hui nous avons décidé de vous parler de la technique de l’allumage inversé : une méthode souvent méconnue, mais qui vaut réellement le détour. 

C’est quoi l’allumage inversé ? Explications

Très souvent, les propriétaires d’appareils de chauffage au bois ont pour habitude d’allumer leur feu du bas vers le haut. Pour cela, ils construisent une espèce de pyramide composée d’éléments de bois de plus en plus gros. Puis, ils mettent le feu avec du papier, du carton ou un allume-feu par le dessous. Le feu prend alors d’abord sur les petits éléments du fond pour ensuite enflammer les moyens qui vont eux-mêmes embraser les plus gros sur le dessus. C’est la méthode traditionnelle. Elle est très répandue et c’est la plus connue, certes, mais cela ne veut pas dire que c’est la plus efficace. Elle possède même des inconvénients. Parfois, malgré les efforts, le feu ne prend pas ou alors il émet beaucoup de fumée, de gaz et de particules fines néfastes pour l’air et qui encrassent l’appareil.  

Heureusement, il existe une technique infaillible pour faciliter l’allumage, et qui plus est, écologique et économique. C’est l’allumage inversé. Comme son nom l’indique, cette technique consiste à faire l’inverse de ce qu’on fait habituellement. Donc, contrairement à l’allumage traditionnel, l’allumage se fait par le haut. Le feu redescend ensuite pour gagner les bûches. 

Pourquoi opter pour l’allumage inversé ? Les avantages

Si l’on vous parle de l’allumage inversé, ce n’est pas pour rien. Non seulement il est très pratique, mais cette méthode est également économique et écologique. Pourquoi économique ? Tout simplement parce qu’en bénéficiant d’une meilleure combustion, vous utiliserez moins de bois. Grâce à la combustion progressive, le foyer atteint rapidement sa température idéale. Votre stock durera plus longtemps. 

Ensuite, l’allumage inversé permet aux gaz libérés durant la combustion d’être pris dans les flammes pour servir à leur tour de combustibles. 

Enfin, l’allumage inversé a l’avantage de produire moins de fumée et de particules fines. L’énergie est donc plus propre, et votre entretien est grandement facilité. Vous pouvez oublier les vitres encrassées et dire au revoir aux fumées en excès. 

Comment procéder ? 

Alors, comment s’y prendre pour réaliser un bon allumage inversé ? Tout d’abord, veillez toujours à garder un lit de cendres émanant des restes du feu précédent. Commencez par poser quelques bûches sèches sur un ou deux niveaux en les disposant en forme de croix. Continuez avec des bûchettes bien sèches sur quelques niveaux, en fonction de la taille du foyer. Terminez par l’allume-feu que vous enflammerez. C’est tout simple. Dès que vous voyez que le feu s’intensifie, ajoutez une bûche, fermez la porte et réduisez progressivement l’arrivée d’air sans jamais la fermer totalement. 

Les prérequis

L’allumage inversé possède des vertus, mais cela ne vous empêche pas de continuer à appliquer les bons gestes pour l’allumage de votre feu. Parmi ces bons réflexes, opter pour du bois sec et de qualité est indispensable. Bien le stocker également. 

Un bois de qualité

Humidité et bois de chauffage ne font pas bon ménage. Utiliser du bois sec est essentiel pour obtenir un bon rendement. L’allumage inversé n’aura aucun effet bénéfique si vous utilisez du bois gorgé d’eau pour allumer votre appareil. Le bois requiert un certain temps de séchage avant de pouvoir être utilisé. De la même manière, il y a des choses à ne jamais faire brûler dans votre poêle à bois. Le bois humide en fait partie, tout comme le bois traité, le bois peint, ou encore le plastique et les cartons d’emballage. 

Un stockage bien étudié 

Une autre condition pour obtenir un bon rendement est donc de bien stocker votre bois. Pour cela, préférez un endroit bien ventilé, sec et à l’abri de l’humidité. Évitez par conséquent les caves et les granges, par exemple. Préférez les abris de bois en extérieur ou le garage, mais veillez toujours à faciliter le passage de l’air et de la ventilation. Sinon, gare à l’humidité !

 

Posséder un poêle à bois pour chauffer son intérieur, c’est un réel avantage. Mais, encore faut-il savoir l’utiliser et tout mettre en œuvre pour qu’il soit performant. Grâce à l’allumage inversé, vous pourrez désormais allumer votre appareil, de manière efficace, économique et écologique. 

 

promotion jotul